Archive
Categories

Artikel-Schlagworte: „Europe“

Who is Delegitimizing Israel?

by Manfred Kleine-Hartlage

[Original title: „Wer delegitimiert Israel?“, July 6, 2011, in korrektheiten.com; translation by the author]

On July 11, 2011, the Jewish Forum for Democracy and against anti-Semitism organized a discussion meeting with the journalist Ulrich Sahm in Berlin. The title of the event was:

Current forms of hostility Israel: Boycott – blockade runners – mass rush to the borders – Unilateral proclamation of a palestinian State

The organizers outline the issue as follows:

„Classical“ wars are no longer fashionable. The Palestinian intifada and suicide bombings are „working“ no longer as intended. Fence, wall and other Israeli measures have an effect. Therefore, „warfare“ has been replaced by „lawfare“. The struggle against Israel is „fought“ in universities, the Internet, in the UN and in other ways on a global level. This unarmed struggle is intended to delegitimize Israel, damage its economy through boycotts, and to roll over Israel’s borders with mass rallies.

This is obviously the case. The Arab-Islamic strategy to encircle and cut off Israel from its lifelines had to remain toothless as long as only the Islamic world itself was committed to it, whereas it would become a mortal threat to Israel if Europe supported it, and indeed the Muslim infiltration strategy in Europe is aiming not least at achieving just that.

There is no effective defense against these forms of struggle against Israel. (…) For the existence of Israel and the prestige of the state even among „good friends“ and „allies“, this sophisticated propaganda war is a real danger, to which Israel is exposed almost helplessly.

This, too, is correct. The question, however, is: Why is there no defense? Why is it possible to delegitimize Israel and organize boycotts?

What is Israel doing that is considered so terrible? It maintains a powerful fighting army („Militarism“!), it is welcoming only immigrants belonging to its own people („Racism!“), has built a fence to lock out potential terrorists from its own national territory („Apartheid !“), and refuses to allow the immigration of millions of Muslims („Islamophobia“).

In short, Israel’s policy aims at preserving the political, ethnic, religious and cultural identity of the own nation, and is answered with exactly the same defamatory demagogic slogans Europeans with similar political views have to face. The principles underlying these policies are exactly the ones Europeans are expected to (and made) refuse, and which are supported by a tsunami of globalist, multiculturalist, liberal, and pacifist propaganda, re-education, and brainwashing. The result with regard to Israel is as I described it in a letter to my Israeli fellow blogger Lila:

You are rightly complaining that the Germans, and even more so other European nations, have too little understanding for your situation and give you advice whose realization would be tantamount to national suicide for Israel. Now I ask you: Our own nation is committed to a morbide policy of self-dissolution and self-destruction – how can you expect such a nation to have an understanding of another that is fighting for its existence? How can you expect a nation that is deliberately destroying the German character of Germany (and even believes this to be an expression of particularly high moral standards) to support a policy that aims at preserving the Jewish character of Israel? And why should nations who open their own countries to Muslim mass immigration agree with you when you deny the Palestinians‘ „right to return“, rather than to embrace them to play multiculti with them?

The propaganda, the boycott calls, the delegitimization strategy of the Palestinians against Israel could never work if the nations of Europe had not been trained to regard the consolidation of Western nations as something „evil“, and to abandon – for fear of the „Nazi bludgeon“ – their existential self-interest. Anyone committed to and propagating this kind of training is actively delegitimizing Israel.

Under these circumstances, it ought to be a surprise that – not only, but not least – just Jewish organizations are promoting this ideology in a particularly committed manner, and that they are using the bludgeon mentioned with particular frequency and aggressiveness against dissidents. (Let’s just remember, as one example of many, how the well-known Jewish representative Michel Friedman, like a North Korean show trial prosecutor, tried to push Thilo Sarrazin into the Nazi corner during a TV debate, just because he had rightly warned that Germany is abolishing herself. The obvious conclusion is that Friedman simply wants Germany to abolish herself.) There are a lot of major Jewish organizations actively promoting multiculturalism and mass immigration, although mass immigration in Europe means immigration of millions of Muslims, and although they cannot have an illusion that not only complete islamization, but even just the existence of merely a substantial Muslim voters block would force European governments to engage in an anti-Israeli policy and to join the boycott policy suggested by the Muslims, ultimately throttling Israel.

Maybe these people don’t deliberately intend to undermine Israel, but when in doubt they accept its destruction rather than accepting strong gentile nations. Anti-Semites tend to blame the Jews and Jewish organizations for being loyal primarily to Israel. This is obviously a false perception, and we would be better off if it was true. The emotional (and, as it seems, rather superficial) sympathy of Jews for Israel notwithstanding, most of them are by no means commited Zionists. Their sympathy for Israel seems to be limited by what they believe to be their interest as a Jewish minority in Europe and America, and, given the actual anti-White and anti-national bias of their policies, they would rather betray Israel’s interest than give up their destructive policy towards the white nations. (There is even a minority of mostly Leftist Jews actively condemning and fighting Zionism just because they entirely reject the very concept of the nation-state and don’t want their utopian globalist views to be compromised by considering the interest of any nation, and be it a Jewish one.) Whatever lip-service they spend or even true emotional ties to Israel there may be: They have made the choice not to sacrifice their petty, narrow-minded, and destructive minority strategy, but rather to sacrifice Israel. As a collateral damage, so to speak.

Germany Attempts to Silence Criticism of Islam

by Soeren Kern

[Though this article is not drawn from the German blogosphere, it provides correct information on the situation of the counterjihad movement in Germany. Soeren Kern is Senior Fellow for Transatlantic Relations at the mainstream conservative Grupo de Estudios Estratégicos, Madrid.] 

German authorities have officially confirmed that they are monitoring German-language Internet websites that are critical of Muslim immigration and the Islamization of Europe.

According to Manfred Murck, director of the Hamburg branch of the German domestic intelligence agency, the Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV), his organization is studying whether German citizens who criticize Muslims and Islam on the Internet are fomenting hate and are thus criminally guilty of „breaching“ the German constitution.

The BfV’s move marks a significant setback for the exercise of free speech in Germany and comes amid a months-long smear campaign led by a triple alliance of leftwing German multicultural elites, sundry Muslim groups and members of the mainstream media, who have been relentless in their efforts to discredit the so-called counter-jihad movement (also known as the „Islamophobes“) in Germany.

Opinion polls show that growing numbers of ordinary German citizens are worried about the consequences of decades of multicultural policies that have encouraged mass immigration from Muslim countries.

Germans are especially concerned about the refusal of millions of Muslim immigrants to integrate into German society, as well as the emergence of a parallel legal system in Germany based on Islamic Sharia law.

In an effort to reverse this tide of public opinion, the guardians of German multiculturalism have been working overtime to regain the initiative by accusing the critics of Islam of engaging in hate speech to try to intimidate the so-called „new right“ into silence. […]

[Read full article on stonegateinstitute.org]

A Friday Sermon

MEMRI (Middle East Media Resaerch Institute) has issued a video and a translation of excerpts from a Friday sermon delivered by Egyptian cleric Ali Abu Al-Hasan, which aired on Al-Hekma TV on January 6, 2012:

Ali Abu Al-Hasan:

With the [Muslim] emigration [to Europe], and the unwillingness to get married and have children [among the Europeans]… A hundred of people there are succeeded by eighty, and ten years later, those eighty will be succeeded by sixty, and those sixty will later be succeeded by forty, and those forty will become ten a decade later, and twenty years later, not a single one of them will be left!

Europe has realized this. After a while, Europe will become a single Islamic state, which will know nothing but „There is no god but Allah, and Muhammad is His Messenger.“ This will happen whether they like it or not. This is the decree of Allah. Islam is coming!

Well, the Aristoes have always been international …

by Le Penseur

[Due to my permanent lack of time, I have been neglecting this blog for a few months. I am now starting again with an article of Le Penseur, a sharp-tongued libertarian Austrian blogger. Original title: „Jo, die Aristos san halt seit jeher international“, published a few hours ago.]

Well, the Aristoes have always been international, and so the high princely foreign minister of Czechia, Karl („Kari“) Schwarzenberg, threatens with his resignation from the government, if Prime Minister Petr Necas does not sign the proposed „fiscal pact“ [subjecting EU member states to centralized control of their budgets]. His reason is quoted by „Die Presse“ as follows:

I will not sit in a government that will lead the Czech Republic outside the mainstream of European integration. We have a vital interest in sitting at the table and participate in major decisions that affect us strongly.

Nice words – but they mean in plain English nothing but to let the sovereignty of our state and the democratic legitimacy of our budget go West, in order to be the seventh dwarf from left in Brussels, together with other, equally powerless EU dwarves who fiddle with the Eurocrats – because those who belong to their network cannot be voted out, but those who have fallen in disgrace (see Hungary), are forced to their knees by extortion.

Well, his Highness could have miscalculated. President Klaus has already announced that he will not approve this centralization pact. While Klaus is unfortunately a chauvinist hardliner and completely unrepentant with regard to the unspeakable crimes that were committed in the expulsion of Sudeten Germans by the Czechs, he is, on the other hand, a politician to envy the Czechs! Compared with the vermin that mans our government and Parliament benches …

Martin Lichtmesz on Germany’s Colonization

Martin Lichtmesz, one of Germany’s best political essayists (whose essays I haven’t translated until now, as his German is so brilliant that you would have to be Shakespeare to translate it in adequate English), has published a new book: „Die Verteidigung des Eigenen“, dealing with the ideology behind Germany’s self-destruction.

I want to give at least a short quotation from it: Having dealt with Frantz Fanon’s criticism of colonization and colonialism, in which the author’s the reference to  his own nègrerie („negroness“), i.e. his awareness of racial identity and its importance for freedom and self-determination plays a major role, Martin draws a parallel to the German situation, to the arrogant attitude of the West and the self-denying masochism of many Germans:

Of course, the German was, since 1945, something like the Negro of Europe, who had to be weaned from his barbarism, to incorporate him into the community of civilized nations, a task which the carriers of the „burden of liberalism“ had borne heroically, as was (and is) their job. We thank them today in Washington and Moscow for the fact that they have slain the dragon, who we once were ourselves. But the forcibly (by Versailles and Dresden) democratized Germans cannot be trusted, for you never know whether, under the cosmopolitan mask, there is still the old black jungle negroe, now simply called a Nazi, who – like once the just seemingly romanized Arminius – is just waiting for the opportunity to pull out his ax again. This provides the practical pretext to keep the nose ring always at hand. The historical consciousness of the Germans is deliberately grouped around their Negro past. The intention is not so much to make them cease to be Negroes and never return to their negroness, but rather to remind them that, due to their latent negroness, they need permanent educational supervision.

Critique libérale et conservatrice de l’Islam

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduction automatique. Aucune responsabilité pour des erreurs de traduction.]
Comments in English, please. View original article

Un texte à l’origine édité en allemand sur pi-news.net (« und Islamkritik konservative de Liberale „), accentuant l’espace idéologique entre les deux ailes du mouvement anti-Islamique en Europe, et plaidant pour une critique plus conservatrice de l‘Islam.

J’espère que les anglophones indigènes excuseront les nombreuses erreurs dans la traduction. Je pourrais les avoir évitées par premier notant la traduction, donnant lecture alors. Mais c’est une vidéo, et j’ai eu l’intention de préserver son caractère oral.

Diesen Beitrag weiterlesen »

L’hostilité vers des Allemands pièce I : Le récit Anti-Allemand dans l’ouest

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduction automatique. Aucune responsabilité pour des erreurs de traduction.]
Comments in English, please. View original article

Écrit par Manfred Kleine-Hartlage

 

Traduit par J M Damon

 

Être suit une traduction d’un blog signalé chez http://korrektheiten.com/2011/08/02/deutschenfeindlichkeit-das-westliche-antideutsche-narrativ/

Le blog commence :

[Le 16 juillet 2011 l’auteur a donné une conférence devant l’institut de Berlin pour la politique d’état au sujet de la « hostilité vers des Allemands – une évaluation » en même temps que le 18ème cours de l’institut des conférences. Malheureusement il n’y a aucun enregistrement de cet événement fortement intéressant.  En réponse aux demandes, j’ai reconstitué mon discours des notes. Puisque la conférence est trop longue pour un article simple de blog que je le signale comme série, commençant par « le récit Anti-Allemand dans l’ouest.]

 

 

DEUTSCHENFEINDLICHKEIT (hostilité vers les personnes allemandes) est un phénomène complexe.

 

Beaucoup de peuples, tels que Polonais, Français, les Anglais et juifs, hébergent un ressentiment traditionnel contre les dates allemandes de peoplethat de la deuxième guerre mondiale et des guerres précédentes.

En outre, il y a un genre d‘hostilité intellectuelle vers tout l’Allemand de choses qui a moins à faire avec l’aversion pour les Allemands comme personnes que détestent et crainte de l’état allemand, qui, il est craint, deviendra trop puissant.

Il y a de méfiance du caractère national allemand.

Il y a hostilité vers tout l’Allemand de choses, particulièrement de la part des migrants qui vivent ici.

Il y a même une hostilité allemande de certaine fourmi parmi les Allemands elles-mêmes.

Il y a en fait une idéologie entière qui inclut en tant qu’un de ses éléments centraux DEUTSCHFEINDLICHKEIT (l’hostilité vers toutes les choses allemandes.)

[Le sujet de ma conférence était DEUTSCHENFEINDLICHKEIT, ou hostilité vers les personnes allemandes.

Quand dans le suivant j’emploie principalement le mot DEUTSCHFEINDLICHKEIT (hostilité vers l’Allemand de choses) en tant que toDEUTSCHENFEINDLICHKEIT opposé (hostilité vers les personnes allemandes), j’essaye de préciser que je me réfère pas simplement à l’hostilité vers des Allemands, mais plutôt, dans un large et inclus sens, à de diverses hostilités contre des choses allemandes et à attributs généralement comme le VOLK culturel, l’état, la population allemande générale, etc.]

 

Les divers facettes et niveaux de ce complexe des hostilités sont non d’isolement ou déconnectés ; elles pénètrent et se renforcent et fusionnent pour former un vrai danger pour le VOLK allemand.

L’hostilité vers l’allemand de choses que Goetz Kubitschek et Michael Paulwitz discutent dans leur livre « DEUTSCHE OPFER – FREMDE TÄTER » (victimes allemandes, auteurs étrangers : ) est seulement un côté de la pièce de monnaie, car je discuterai plus tard.

L’autre côté de la pièce de monnaie est l‘hostilité qui est trouvée dans notre propre camp, qui a combiné avec le déplacement massif crée le vrai danger de notre aller bien à une minorité dans possède pour posséder le pays.

Évidemment ceci constituerait une menace pour nos titres nationaux.

« Notre propre camp » inclut particulièrement notre élite au pouvoir, dont l’anti hostilité allemande pose un problème stratégique.

La culture occidentale qui inclut des formes de l’Allemagne un plus large contexte.  Son élite démontre l’anti hostilité allemande qui a moins à faire avec ressentiment réel qu’avec l’idéologie.

 

L’anti récit allemand occidental

 

Est la base la plus commune et la plus répandue pour l’hostilité vers l’Allemand de choses ce que j’appelle l’anti récit allemand occidental.

Le « récit » est une nouvelle expression en allemand – nous pourrions également parler d’une idéologie de l’histoire.

Dans cette idéologie, qui est écartée par les films, la littérature, et les descriptions populaires de l’histoire, l’Allemagne a représenté un danger pour ses voisins dans le passé et représente toujours un danger potentiel.

Pour cette raison l‘Allemagne doit être enchaînée, disempowered et diluée parce que le caractère national allemand est anti démocratique, excessivement obéissant à l’autorité établie, collectivistic, violence encline, guerrier, génocide, etc., etc.

Des historiens de nos jours généralement sont trop sophistiqués pour tracer une ligne claire et directe entre Luther, Frederick, Bismarck et Hitler, mais les effets prolongés d’une telle historiographie militante sont toujours aujourd’hui tout à fait apparent, exprimé en thetendency pour traiter toute l’histoire allemande comme préhistoire du Troisième Reich.

 

On ne peut pas comprendre ce concept de l’histoire à moins qu’on comprenne le contexte historique de la guerre civile européenne qui avait faite rage depuis 1789.

[Travail GESCHICHTSPHILOSOPHIE UND WELTBÜRGERKRIEG de Hanno Kesting. BRI ZUM OST-WEST-KONFLIKT (philosophie de DEUTUNGEN DER GESCHICHTE VON DER FRANZÖSISCHEN REVOLUTION de l‘histoire et de la guerre civile globale : L’importance de l’histoire de la révolution française au conflit est-ouest), éditée en 1959, est bonne intéressant lire à cet égard.

Aujourd’hui elle est indisponible même aux librairies anciennes, mais les bonnes bibliothèques l’ont toujours – en tout cas, le BERLINOIS STAATSBIBLIOTHEK (bibliothèque d’état de Berlin) l’a.]

 

Cette guerre civile est combattue par les adhérents de trois idéologies qui changent constamment leurs noms, slogans et programmes mais maintient toujours une identité et une continuité reconnaissables.

Nous traitons deux utopiques et worldviews un, libéralisme et socialisme non-utopiques d’une part et ce qui s’appelle différemment Conservatism, réaction ou simplement la droite politique d’autre part.

Indépendamment de leurs différences, chacun des deux idéologies utopique-révolutionnaires ont des similitudes identifiables qui les rendent tellement fondamentalement perceptibles à partir de la droite qu’elles peuvent être tracées de nouveau à une « Méta-idéologie commune. »

L’approche utopique suppose que la possibilité de coexistence paisible et civilisée parmi l’humanité.

Ceci ne devrait pas être un miracle, mais est plutôt quelque chose qui peut venir environ bien entendu.

Pour cette raison on ne doit pas examiner et analyser les principes fondamentaux de la société lui-même ; un peut directement et immédiatement poursuivre la réalisation du paradis sur terre, l’un ou l’autre par la réforme progressive ou la violence révolutionnaire.

 

Les idéologies utopiques impliquent un certain nombre d’hypothèses

 

Premièrement, les sociétés utopiques soutiennent que l‘homme est par nature bon.

Les conditions sociales telles que l’inégalité et le manque de liberté sont responsables de l’existence du mal et doivent donc être bannies.

L’approche de la droite politique est que l‘homme est insuffisant et faible et mired dans le péché originel et doit donc compter sur une commande sociale pour l’appui.

Par conséquent une certaine mesure d’inégalité et d’esclavage doit être acceptée selon les besoins.

Les solutions de rechange ne sont pas « liberté, égalité, Fraternity » mais plutôt chaos, violence et barbarie.

 

Deuxièmement, les idéologies utopiques soutiennent que la société peut être rationnellement prévue ; sa conception est une question de raison et d’éclaircissement.

La droite, en revanche, croit que ce qui est traditionnel et établi peut être détruit par la critique, mais ne peut pas être remplacée par n’importe quoi mieux par des processus rationnels.

Les exemples de ce qui ne peuvent pas être remplacés par rationalisme sont les concepts de la famille, de la foi, de la tradition et de la patrie.

 

Troisièmement, les sociétés utopiques soutiennent que ce qui est « bon » (comme la liberté et l’égalité) peut être rationnellement impliqué, ainsi le theGood est culturelement indépendant et universellement valide.

Ils croient que l’humanité peut être rachetée si l’Utopie dérivée des principes d’éclaircissement peut être globalement présentée.

Pour des conservateurs, d’autre part, chaque culture est une réponse unique, non planifiée et irreproducible à la question élémentaire de si une société ordonnée est possible.

La droite souligne la légitimité du détail par opposition à la validité de l’idéologie universelle.

 

Quatrièmement, les sociétés utopiques hébergent la croyance que la société doit être définie et analysée selon leurs normes.

Ces normes comportent un point de vue des normes plutôt que des faits – ainsi « ce qui devrait être » des atouts « ce qui est. »

Elles sont dérivées des droites plutôt que des fonctions.

Le concept utopique de la société se confond avec la « raison et l’éclaircissement » parce qu’il est établi sur des notions irréelles au lieu de la réalité imparfaite, et se confond ainsi avec « le bon. »

Les erreurs d’Utopie de raison elle-même pour « les bons » est parce qu’il procède à partir de l’hypothèse qui s’équipent sont bons, et ceci implique que « le mauvais » réside dans les structures sociales et les concepts comprenant la tradition, les articles de la foi, le devoir, etc.

De leur façon de penser, si les structures sont mauvaises les défenseurs de ces structures doivent de même être mauvais.

Évidemment, la tolérance ne peut pas être basée sur un tel concept de la société ; moins elle est pratiqué, moins sa la sensation d’adhérents le besoin de elle.

 

Le concept utopique de la société produit un concept apocalyptique de la politique, selon laquelle la politique est une lutte entre les puissances de la lumière et de l’obscurité.

En conséquence, la guerre n’est pas perçue comme tragique et inéluctable.

Elle est perçue comme justifié quand elle est conduite pour des objectifs et des buts révolutionnaires.

Dans ce cas, chaque atrocité est acceptable.

Le concept utopique perçoit la guerre pendant que criminel quand il est conduit pour des objectifs et des buts contre-révolutionnaires, et alors les moyens par lesquels il est conduit ne sont pas pris en compte.

 

Et est-ce que que tout ceci doit faire avec l’hostilité contre toutes les choses allemandes ?

 

Si nous concevons des guerres du 20ème siècle comme parties d’une guerre civile idéologique globale, l‘Allemagne représente évidemment la droite.

L’Allemagne pourrait ne jamais accepter l’idée que des guerres soient conduites afin de provoquer « le bon ordre » comme la « guerre pour finir toute la guerre. »

Cette idée d’utopiste a comme conséquence un concept apocalyptique de la politique.

L’idée de la « bonne guerre » fait partie du concept utopique de l’ordre mondial de liberalist comme poursuivi par les « démocraties » occidentales aussi bien que la variante du communisme poursuivie par l’Union Soviétique.

L’accusation que l’Allemagne essayait d’obtenir la domination du monde, qui a été proposée au début du 20ème siècle, aurait été absurde même si non augmenté par Saxon anglo actionne !

À chaque moment des 19èmes et 20èmes siècles, ces pays étaient infiniment plus près de la domination du monde que l’Allemagne était jamais, et ils continuent à avoir lieu ainsi pendant le 21ème siècle.

 

Les nations qui ont été protégées par géographie insulaire se sont historiquement livrées à la pensée et à la grâce audacieuses à cette géographie, ont pu poursuivre des politiques expansionnistes globales.

Le nouvel ordre mondial libéral qui est apparu sur la scène mondiale avant que la première guerre mondiale ait été également une idéologie convenable pour la pensée utopique globale, puisque la politique de la force armée impérialiste a fonctionné comme branche armée d’Utopie.

Il n’est pas vrai qu’on ait été simplement une fonction de l’autre.

Les deux aspects de la politique anglo de Saxon (et particulièrement américain)) étaient des aspects d’un et la même compréhension de la politique.

 

En revanche, contre-révolution institutionalisée traditionnellement représentée de l’Allemagne.

La pensée d’utopiste de Globalist était étrangère à l’élite au pouvoir allemande, puisqu’ils ont fait face à la réalité de régir un déclarer qui a été constamment menacé de l’intérieur aussi bien que de l’extérieur.

Leur horizon politique était continental par opposition à insulaire, et ainsi ils ont été concernés par la consolidation de ce qui a existé réellement.

Le Reich a en effet adopté libéral, démocratique et même des idées socialistes – considérez la législation sociale Bismarckian.

Cependant, elle a fait ainsi seulement à condition que ces idées consolideraient l’ordre existant.

La porte était ouverte pour que les idées socialistes se développent, mais elles ne seraient jamais permises de détruire l’ordre existant.

 

Ce concept politique (renonciation des politiques révolutionnaires ou utopiques) a déterminé les politiques non seulement des conservateurs, mais des libéraux aussi bien, et finalement même les politiques des Démocrate sociaux.

La tendance de penser en termes révolutionnaires et utopiques était simplement étrangère en Allemagne – elle était trop faible et exposée d’essayer changeant l’ordre mondial ou d’amuser des idées de conquête du monde.

Cependant, l‘Allemagne était au moins potentiellement assez forte pour introduire l’Europe dans sa zone d’influence et pour bloquer ainsi l’établissement d’un nouvel ordre mondial ; et si l‘Europe allaient être vraie à son nom, elle devrait faire de même.

 

La guerre contre l’Allemagne, qui, comme Winston Churchill a observé, était en fait une guerre de trente ans durant à partir de 1914-1945, n’a été évidemment combattue en réponse à aucun « crime » commis par les socialistes nationaux.

Au lieu de cela, la guerre de guerre de trente ans contre l’Allemagne a été combattue pour forcer l’Europe dans l’ordre mondial liberalist-utopique et la sphère anglo de Saxon du contrôle.

L’Allemagne n’a souscrit à aucun principe grandiose qu’elle a voulu rendre vrai.

C’était une nation enracinée dans la réalité concrète dont ordre et les buts ont été dérivés pas des conceptions utopiques mais de la nécessité pratique.

Les Allemands n’ont eu aucune fidélité abstraite vers le libéral ou les idéaux « démocratiques », et c’est ce qui a apporté sur l’accusation militante d’être excessivement obéissant.

 

L’Allemagne n’a pas feint lutter pour le bonheur universel, donc elle a dû défendre les intérêts qui ont été définis pas idéologiquement mais plutôt éthniquement.

Les ennemis de l’Allemagne ont interprété ceci en tant que « nationalisme. »

En fait, l’Allemagne a soutenu des valeurs communales au lieu de différents droits.

Il n’était pas coïncidence qu’un thème actuel en sociologie allemande était ofGEMEINSCHAFT d’opposition de Ferdinand Tönnies‘ (la Communauté) au GESELLSCHAFT (la société.)

C’est ce qui constitué le « collectivisme » dont les Allemands ont été accusés.

Les idéaux communaux sont en état de fonctionnement seulement quand ils sont ancrés dans des émotions véritables, la source de cliché de « romantisme » allemand et la « irrationalité. »

 

En bref, les faits que les Allemands étaient différents et pensés différemment des Anglo-Saxons et qu’ils n’ont eu aucun sens d’Utopie, mais plutôt représenté un danger pour sa réalisation globale, fait leur le chiffre ennemi principal pour la pensée utopique occidentale.

Les clichés au sujet du caractère national allemand représentent la description tordue et démagogique partiale des tendances et des dispositions qui étaient réellement (et soyez toujours) présent.

Ces clichés étaient indispensables parce qu’un pays comme l’Allemagne ne pourrait pas avoir les moyens l’Utopianism globalistic.

Comme nous voyons aujourd’hui, l’Allemagne ne peut pas encore l’avoir les moyens.

Si les peuples anglo de Saxon eux-mêmes peuvent continuer à se permettre elle reste à voir…

 

[La partie II de DEUTSCHENFEINDLICHKEIT traitera l’adoption du récit anti-Allemand occidental par les Allemands elles-mêmes et les conséquences qui ont résulté de ceci.

 

****************

 

Le traducteur est un « Germanophilic Germanist » qui essaye de rendre les articles allemands remarquables accessibles à Germanophiles qui ne lisent pas l’Allemand.

 

 

 

 

 

 

 

 

Diesen Beitrag weiterlesen »

U.S. Strategia per Europa: Rieducazione

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduzione automatica. Nessuna responsabilità per errori di traduzione.]
Comments in English, please. View original article

In primo luogo pubblicato come moriamo Noi-Strategie: Europe di Umerziehung„ “in Korrektheiten„ l’11 febbraio 2011, da Manfred Kleine Hartlage

Traduzione ed introduzione: Kairos

Gli ebrei posano una minaccia risoluta contro le nazioni e la gente dell’ovest. Non sto essendo estremo o antisemita, quando dico così.

Mentre traducevo questo articolo ho seguito la discussione circa la risposta di Manfred Kleine-Hartlage’s a Lawrence Auster sul Korrektheiten, ai portoni di Vienna ed alla vista di Austers dalla destra.

È interessante vedere come i punti di vista della gente tedesca sono rivelati che sarebbe considerare automaticamente come “il razzismo„ e “l’odio„ se proposto l’altro modo intorno. Un commentatore ha inviato il proverbio latino “bovi del licet di Iovi del licet del quod non„ (che Giove può fare è vietato al bue).

Quando un tedesco chiamerebbe la gente americana (o il turco – perfino l’ebreo) – l’intera popolazione – “una minaccia contro le nazioni e la gente dell’ovest„ sarebbe “intollerabile„ ecc – la mia prima frase di provocazione è appena che cosa Auster ha detto circa i tedeschi. Ho cambiato appena “i tedeschi„ “in ebrei„ e “anti-Tedesco„ “in antisemita.„

Alcuni commentatori hanno negato l’influenza americana in Europa e perfino nel mondo arabo.

Grazie a Wikileaks abbiamo entrato una comprensione in politica estera americana e Manfred ha analizzato questa carta. In questo testo si può ORA trovare la prova degli obiettivi del cosiddetto (nuovo ordine mondiale) che non è una teoria di cospirazione. Manfred ha scritto sui portoni di Vienna:

Penso che speculando circa “una cospirazione„ sia inutile. Indovino che ci sono cospirazioni, ma la maggior parte del lavoro è fatto apertamente. “Le reti„ che mi riferisco a sono ben note: CFR, ponte atlantico, Bilderberg, Consiglio americano sulla Germania ecc e molte istituzioni relative che non celano affatto su che cosa stanno puntando: Avete appena tradurre le loro frasi ideologiche in inglese normale per vedere che cosa vogliono. La coordinazione all’interno di questa rete non funzionerebbe se ci non fosse un consenso di base ideologico.

Penso che molti lettori americani o britannici rifiutino l’idea che i acteurs globalistic dietro il NOW sono i nemici peggiori a tutte le nazioni, perché non gradiscono l’idea che le loro elite sono criminali. Bene, non gradisco la conoscenza circa come il criminale il gabinetto del cancelliere Merkel è, l’uno o l’altro, perché è molto imbarazzante. Ma aborro ancora di più se si mi prende in giro come i nostri politici fanno.

E nessuno – specialmente non Manfred Kleine Hartlage, l’autore “del Das Dschihadystem„ (il sistema di Jihad) – dice che l‘Islam era tutto il buono a noi. Ma pensi a cui questa “religione„ assomiglierebbe, se non avessimo aperto mai i nostri confini per immigrazione di massa dei musulmani. Perché dovremmo anche ci preoccupiamo che cosa fanno nel loro deserto? Perché dobbiamo assicurare il nostro traffico aereo quasi in un modo del maniaco? Potrebbe ci essere il terrore islamico in città americane ed europee, se non ci fossero musulmani che potrebbero effettuare tali attacs terroristi?

Così, quando leggete questa analisi, tenga in mente che non è la gente americana che sia criticata, ma il governo americano e parecchi ONG. Un ordine del giorno, un’ideologia che distruggeranno tutta la cultura occidentale, se non la fermiamo – e la distruggerebbero anche se non c’era Islam affatto!

Kairos-

Come l’autore, sottoscrivo che cosa Kairos dice. Sono bene informato che la maggior parte dei Americani nè sanno nè sono d’accordo con che cosa è descritto qui sotto come strategia dei loro capi per Europa e che questa strategia è in nessun caso nel loro interesse. Così quando mi riferisco “all’America„ in questo testo, questo significa le elite di decisione.

– Manfred Kleine-Hartlage –

Wikileaks rivela una strategia degli Stati Uniti per la Francia

Ancora c’sembra essere la gente che considera Wikileaks un’impresa sopravvalutata cui delle pubblicazioni troppa confusione è fatta. Tale gente non potrebbe spiegare finora perché il governo americano perseguita Wikileaks ed il suo fondatore con tale odio ardente. Ora, al più tardi, tuttavia, tutti dovrebbero sapere meglio: La pubblicazione di un documento strategico dell’ambasciata degli Stati Uniti a Parigi, includente niente di meno che un programma americano per un’inversione ideologica e culturale del palo e forzante nella linea di Francia. Ciò evidenzia i metodi con cui paesi tematici di U.S.A. gli interi – contro volontà della loro gente e dietro la parte posteriore del pubblico – al suo interesse ideologico e elettrico politico.

Finora è stata bisbigliata soltanto nei posti adatti dei Ora teorici ed è stata allontanata dall’opinione pubblicata – a condizione che la notasse a tutto come “teoria di cospirazione„. Ora che abbiamo una comprensione diretta nella cucina della propaganda degli Americani, dovremmo afferrare l’opportunità di valutare la conoscenza che abbiamo vinto:

La carta è tanto più informativa poichè viene da un ufficio secondario, vale a dire da un’ambasciata, che ordinariamente non elabora i progetti politici, ma li implementa; e solo perché l’autore ovviamente non lo trova necessario spiegare la legittimità degli obiettivi ed i metodi descritti in verso i suoi superiori, è evidenti che già ammette il loro consenso. Possiamo supporre che la strategia sviluppata in questa carta è rappresentativa per politica estera degli Stati Uniti e che U.S.A. persegue le strategie comparabili inoltre in altri paesi.

In questo contesto è interessante, per esempio, che la carta deplora:

I media francesi rimangono in modo schiacciante bianco, con soltanto gli aumenti modesti nella rappresentazione di minoranza sulla macchina fotografica per i notiziarii televisivi importanti.

In Germania questo fastidio rispettivamente la sua rimozione era precisamente un oggetto “del patto di integrazione„ [fra i capi dei musulmani e del governo federale]. Ché coincidenza!

Interessante, tuttavia, è il implicitness con cui i francesi indigeni sono caratterizzati dal fatto che sono “bianco.„ Per gli Americani che è apparentemente abbastanza naturale consideri questo un’edizione razziale – mentre gli oppositori di questa politica, non appena la indicano, sarebbero accusati subito “del razzismo„.

La carta indica che la politica estera americana è destinata per influenzare non solo la politica corrente dei suoi alleati, ma anche la composizione delle loro éliti, con importanza particolare sulle éliti future. Queste éliti francesi future devono essere reclutate ed indottrinate in un modo che la loro ideologia è compatibile con quella delle éliti americane. Se è compatibile con quella della gente francese, inoltre, è scadente; otterremo. Ciò ha piccolo da fare con i metodi usuali di influenza diplomatica. Piuttosto è comparabile al tentativo di non influenzare una persona parlando con lei, ma manipolando il suo cervello.

Appena il fatto che questo può essere provato, vale a dire senza un segno di cattiva coscienza o persino consapevolezza di un problema, indica che l’idea della sovranità nazionale non svolge ruolo nel pensiero alle éliti politiche americane. Che cosa era sempre valido per molto citato “il cortile„ dell‘America, per America Latina, ora inoltre è valido per gli stati di Europa.

Se ora esaminiamo questo testo riguardo agli obiettivi, all’ideologia ed ai metodi dell’influenza americana, vinciamo almeno una risposta parziale alla domanda, perché la popolazione europea È ovviamente nell’ambito del periodo di un’ideologia autodistruttiva e perché questa ideologia è affermato determinato più vicino veniamo ai centri di potere sociale. Non è appena una coincidenza, ma risultato di influenza strategica, che appena le éliti, di cui il lavoro è tradizionalmente la conservazione e lo sviluppo di una comunità, fanno esattamente l’opposto.

Obiettivi della strategia degli Stati Uniti in Francia

Lo scopo di questa strategia è, generalmente l’implementazione “degli obiettivi dell’americano ed i valori„. Che cosa suona così irrilevante che uno vorrebbe trascurarlo, realmente contiene le implicazioni politiche esplosive. Una tal frase è lontano da essere manifesta: Molti Americani non possono essere informati di, ma il collegamento “obiettivi ed i valori„ di parola è una specialità americana. Nella politica estera pensi – i carri armati di altri paesi uno possono anche parlare dei valori come pure circa gli obiettivi o gli interessi. Ma per imballare entrambi in una formula, è tipico non solo per quella carta, ma in generale per la lingua politica dell‘America e soltanto dell‘America. Gli europei continentali con il loro approccio piuttosto cinico alla politica tendono a considerare questa enfasi sui valori appena un ornamento retorico cui elettrico politico e da interessi economici decorativo sono travestiti. (La maggior parte dei europei sono stati istruiti in una tradizione cattolica o luterana ed il collegamento tipico puritano di fede ed affare – o “obiettivi e valori„, valori ed interessi – è sconosciuti a noi.) L’evidenza, tuttavia, con cui l’uso degli Americani questa formula non è del genere che esprime una frase banale, ma riflette un’ideologia profondamente interiorizzata.

Fino alla lingua politica dei paesi europei si riferisce “ai valori„, questo accade principalmente in relazione ad una concrezione – i valori democratici, i valori ecc. del liberale. Ma sarebbe estremamente sconosciuto se Foreign Office tedesco parlasse “dei valori tedeschi„ e dichiarasse la diffusione loro lo scopo della sua politica. Ciò è, ancora, una caratteristica americana specifica. Qualunque i valori citati possono essere – ed otterremo sopra a cui questi sono: Sono i valori americani espressivo dichiarati, che implica: Una cosa non sono certamente: Valori francesi.

Per alienare una nazione straniera da se stesso, i suoi valori e le tradizioni, sembra essere uno scopo legittimo di politica estera americana. Sebbene la carta definisca lo scopo come conduzione indietro dei francesi ai loro propri valori (o piuttosto a che che cosa l’amministrazione di Stati Uniti considerare come tali), il fatto stesso che gli sforzi dall’estero sono considerati necessari rivela che stiamo parlando della rieducazione.

Il motto è: Se che cosa è chiamato “i valori americani„ non è universalmente accettato in realtà, cambi la realtà! Se la diffusione “dei valori americani„ servisce a promuovere gli interessi americani, o se vice versa servire americano di politica di potere la diffusione di questi valori, è inutile quanto la domanda se la gallina o l’uovo è venuto primo allo stesso modo era impossible da determinare per l’Unione Sovietica la relazione dell’ideologia e della politica di potere trattando quello in funzione dell’altro. È circa due componenti dello stesso approccio politicial che si sostengono. Esattamente questo, interiorizzato come fatto manifesto, è implicato nella frase “i valori ed interessi americani„.

L’ideologia dietro la strategia degli Stati Uniti

La vista americana tradizionale della democrazia è che ci dovrebbero essere governi

derivando i loro poteri giusti dal consenso del governato.

La democrazia significa che la gente determina da cui è governato. Tuttavia, la strategia degli Stati Uniti è basata sopra abbastanza un’ideologia differente, come diventa ovvio in carta di Rivkins: La democrazia è se tutte le minoranze etniche e religiose sono rappresentate nelle éliti di decisione.

Non il fatto che le éliti francesi selfrecruiting ad un grado insolitamente elevato è il problema dal punto di vista americano, almeno non di per sé. Per questo ci sono ragioni sostenibili: Se uno può criticarlo o giustificare, in tutti i paesi occidentali “democrazia„ realmente consiste basicamente nella probabilità decidere quale di due gruppi di élite governerà. È il più notevole che cosa l’ambasciata degli Stati Uniti realmente critica:

Non è problema che l’accesso alla politica attiva è rifiutato tradizionalmente alla vasta maggioranza del francese. Ma è un problema che le minoranze si escludono, l’uno o l’altro. Implicitamente, l’idea di una gente, consistente degli individui liberi con gli stessi diritti, è smessa a favore dell’idea “della nazione„ come disposizione fra i gruppi etnici; se ci non è una gente, ma vari di loro nello stesso stato, quindi interamente devono essere rappresentati. Tuttavia, in questo modo l’idea della democrazia nel senso classico della parola inoltre è abbandonata. L’ipocrisia della frase per aiutare i francesi a realizzare “i propri ideali egalitari della Francia„ o “di realizzazione dei suoi valori democratici rispettati più completamente„, risulta qui. È piuttosto circa la nuova interpretazione dei concetti come “il egalitarian„ e “democratico„ a qualcosa che non abbia avuto probabilità essere consenso anche in U.S.A. – meno di tutti in Francia; senza citare questa nuova interpretazione con appena una sillaba. Rieducazione.

Si suppone che la Francia non sta andando trasformarsi in in un melting pot del genere U.S.A. – parzialmente illegale – reclamo da essere, ma che particolarmente i musulmani, ma anche i nero, ancora riserveranno la loro lealtà in futuro al loro proprio etnico o gruppo religioso. L’accesso all’élite, secondo la carta, non dovrebbe dipendere così dal superamento il questi atteggiamento ed identificazione con la gente francese, ma è propagato come una destra è derivato “dalla democrazia„.

In questo modo, una società splitted in parti è sollevata ad un ideale utopistico ed a questo appena con il reclamo impedire che la Francia “sarà un paese diviso„. Neolingua.

Qui, l’amalgamazione dell’ideologico con la componente elettrico politica di questa strategia compare come in un manuale:

… le ingiustizie innegabili appannano l’immagine globale della Francia e diminuiscono la sua influenza all’estero. Nel nostro punto di vista, un’omissione continua di aumentare l’opportunità e fornire alla rappresentanza politica genuina per le sue popolazioni di minoranza ha potuto rendere la Francia un paese più debole e diviso. Le conseguenze geopolitiche della debolezza e della divisione della Francia colpiranno avversamente gli interessi di Stati Uniti, come abbiamo bisogno di forti partner nel cuore di Europa di aiutarci a promuovere i valori democratici. Inoltre, l’esclusione sociale ha conseguenze domestiche per la Francia, compreso l’alienazione di alcuni segmenti della popolazione, che può a loro volta colpire avversamente i nostri propri sforzi per combattere le reti globali degli estremisti violenti. Prosperare, classe politica francese inclusa aiuterà l’avanzamento i nostri interessi in democrazia l’espansione e la stabilità aumentante universalmente.

La gente francese deve smettere di perseguire i suoi propri interessi perché la gente del terzo mondo prevede – come ricompensa per l’accettazione “dei valori americani„ (e delle basi militari) – la destra unire senza ulteriore difficoltà ogni gente europea dello stato senza dovere assimilare anche culturalmente. Che cosa è l’esistenza della gente francese, che cosa i suoi diritti, che cosa i suoi interessi, confrontati alla vista elevantesi, “per spargere la democrazia e la stabilità universalmente„?

Uno vede qui come semplificandolo eccessivamente sarebbe di capire soltanto questa politica come “imperialistico„ nel senso più stretto, che implicherebbe che “l’ovest„, o persino U.S.A., vuole governare il resto del mondo; è tanto un aspetto di fusione la gente europea (e dell‘America bianca) con questo mondo e dell’instaurazione dell’ordine che permette questa fusione. È, bene, circa un nuovo ordine mondiale (NWO).

Ho detto precedentemente che cosa nel contesto di questo ordine deve essere capito dalla democrazia. La stabilità significa che ci dovrebbe essere non più gente che potrebbero poichè un’unità, capace di agire, eludere questo ordine, per non parlare anche della domanda. Poichè non è possibile sterminare la necessità umana di unirsi ai gruppi, uno sposta la formazione di gruppi al livello sub-nazionale, trasforma la società civile in una società delle tribù ed immobilizza queste tribù realizzando ai loro capi il profitto dalla pentola di carne del sistema. Con quello ha detto che veniamo ai metodi:

 

I metodi di cambiamento etnico della Francia o: Come fare una nazione commettere suicidio

Tattica 1: Impegni nel discorso positivo

In primo luogo, metteremo a fuoco il nostro discorso sull’emissione della parità di opportunità.

Lo stessi trucco con cui le ideologie appartenenti alla sinistra sono messe sempre da parte a parte. Così come l’egualitarismo di genere (integrazione di genere), il hermaphroditisation sistematico (distacco. “Verzwitterung „) della società è appeso su a proposito “dei diritti uguali„ con cui deve non fare niente in realtà, una strategia della rieducazione, infiltrazione e la disintegrazione nazionale sta legando fino alla realizzazione di un’utopia sociale con l’argomento di “pari opportunità„.

Quando diamo gli altoparlanti circa la comunità delle democrazie, sottolineeremo, fra le qualità di democrazia, destra essere differenti, protezione dei diritti delle minoranze, valore della parità di opportunità ed importanza di rappresentanza politica genuina.

La propaganda ai termini del reinterpretate, vede sopra.

Nelle riunioni private, dirigeremo deliberatamente le domande circa la parità di opportunità in Francia verso ad alto livello, capi del francese di non minoranza. Piuttosto che ritirandosi dalle discussioni che comprendono due vacche sacre in Francia…

La pressione massiccia a porte chiuse in modo che nessuno ottenga l’idea chiedere dove parecchi cambiamenti, quello sembrano accadere da sè, viene da.

… continueremo ed intensificheremo il nostro lavoro con i musei e gli educatori francesi per riformare il curriculum della storia insegnato a in scuole francesi, di modo che considera il ruolo e le prospettive delle minoranze nella storia francese.

È circa i concetti di manipolazione della storia. Ho scritto un anno fa, questo appartiene al centro dell’ordine del giorno di NOW, “perché il globalismo è l’ideologia della decisione e, tra l’altro, questo significa che non ci possono essere concetti divergenti della storia! Non solo i fatti storici devono essere incontestabili, no, anche l’interpretazione di questi fatti e la prospettiva quale li esamina deve essere la stessa – da cui, tuttavia, non sarà il caso finchè le nazioni stesse sono padroni della loro storia e della sua interpretazione. Per ciascuna di loro possedere il concetto della storia sta modellando la sua identità. La storia è per la cosa circa lo stesso di nazioni come è memoria per l’individuo:  il termine per la comprensione come un singolo, rimanente identico con se stesso dalla nascita alla morte.

Una gente che smette il suo souverignity di interpretating la sua propria storia prima o poi cesserà di esistere. E, come ho dimostrato da qualche altra parte, questo è esattamente che cosa il NOW richiede.„

Alla conclusione di questo processo ci saranno, presumibilmente, libri di storia come già esistono in America, libri come questo:

Tattica 3: Esagerare aggressivo della gioventù del lancio

In terzo luogo, continueremo ed amplieremo i nostri sforzi di esagerare della gioventù per comunicare circa i nostri valori azionari con il giovane pubblico francese di tutti gli ambiti di provenienza socioculturali. Conducendo la tassa su questo sforzo, l’iniziativa di esagerare della gioventù della mediazione dell’ambasciatore mira a generare un positivo dinamico fra la gioventù che francese quella conduce a maggior contributo agli obiettivi ed ai valori degli Stati Uniti.

I vostri valori, questo è il messaggio, non sono quei dei vostri antenati, ma quei dell‘America. Spero che i giovani francesi si ricordino che “il Cappuccetto Rosso„ è una fiaba francese e pongano la domanda perché questa nonna sconosciuta ha così grande bocca, prima che sia troppo tardi.

Per raggiungere questi obiettivi, costruiremo sui programmi pubblici espansivi della diplomazia già sul posto alla posta ed elaboriamo i mezzi creativi e supplementari per influenzare la gioventù della Francia (…)Inoltre svilupperemo i nuovi strumenti per identificare, imparare da e per influenzare i capi francesi futuri. (…) Costruiremo sulle reti attuali della gioventù in Francia e creiamo i nuovi in Cyberspace, collegante l’un l’altro i capi futuri della Francia in un forum di cui i valori aiutiamo il toshape – i valori dell’inclusione, rispetto reciproco ed apriamo il dialogo.

Un sottile fa il lavaggio del cervello delle elite future di Francem in moda da implementare “i valori„ citati “da sè„.

 

Tattica 4: Incoraggi le voci moderate

In quarto luogo, incoraggieremo le voci moderate di tolleranza a esprimerci con coraggio e la convinzione. Costruzione sul nostro lavoro con due siti Web prominenti innestati verso i giovani musulmani di lingua francese – oumma.fr e saphirnews.com

Mi domando se i lettori musulmani di questi blog sanno circa con di chi servi trattano con?

sosterremo, formeremo ed impegneremo i media e gli attivisti politici che dividono i nostri valori.

Realmente non lasciano niente chance. I propagandisti globalistic futuri sono messi dall’inizio nei fori di inizio per la loro carriera di media.

Divideremo in Francia, con le comunità di fede e con il Ministero dell’interno, le tecniche più efficaci per l’insegnamento della tolleranza attualmente impiegata in moschee americane, le sinagoghe, le chiese ed altre istituzioni religiose.

La gente americana sa che tali tecniche di manipolazione di massa si applicano a se stesso a casa – orchestrato dal governo?

Ci impegneremo direttamente con il ministero dell’interno per confrontare gli Stati Uniti e gli approcci francesi ai leader della minoranza sostenenti che cercano la moderazione e la comprensione reciproca…

Il francese dovrebbe ottenere un’esercitazione in agitprop.

… mentre però confrontando le nostre risposte a coloro che cerca di seminare l’odio e la discordia.

Suoni abbastanza terrificanti. Poichè questa deve essere coordinata con il Ministero dell’interno, è probabilmente circa l’applicazione degli strumenti dello stato di potere contro i dissidenti. In Germania si chiama tale “lotta contro la destra„ e qui anche le istituzioni dello stato e della politica stabilita partecipano – in accordo con gli estremisti di sinistra che sono abbastanza semplici vedersi come combattenti contro l’imperialismo degli Stati Uniti.

Tattica 5: Best practice di propagazione

Fifth, continueremo il nostro progetto della divisione dei best practice con i giovani capi in tutti i campi, compreso i giovani leader politici di tutti i partiti moderati in modo che abbiano le borse degli arnesi e la guida da muoversi avanti.

Che cosa è fatto per i giornalisti futuri, è fatto inoltre per i politici futuri. Alcuni, vale a dire quei leali alla linea, sono sostenuti. L’altri avvertiranno probabilmente fisicamente i risultati dello scambio d’idee americano con il Ministero francese dell’interno.

Creeremo o sosterremo l’addestramento e scambieremo i programmi che insegnano al valore duraturo di vasta inclusione alle scuole, ai gruppi della società civile, ai blogger, ai consulenti politici ed ai politici locali.

Molti fili sottili danno la corda spessa del gallow.

L’ambasciatore conserva la sua migliore idea per l’estremità: la speranza ultimative,

che [giovani membri delle minoranze in Francia], anche, possono rappresentare il loro paese a casa ed all’estero, anche l’un giorno al culmine di vita pubblica francese, come presidente della Repubblica.

Quale documenterebbe la perdita di potere del francese indigeno, possibilmente in tali la presidenza di Barack Obama di modo aveva documentato “la conclusione della regola dell’uomo bianco„.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diesen Beitrag weiterlesen »

Examen – Gerd Schultze-Rhonhof : « 1939 – La guerre avec beaucoup de pères »

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduction automatique. Aucune responsabilité pour des erreurs de traduction.]
Comments in English, please. View original article

Schultze-Rhonhof : 1939 - Der Krieg, hatte de Väter de viele de derpar Manfred Kleine-Hartlage, d’abord publié le 24 octobre 2009 : Gerd Schultze-Rhonhof : 1939 – Der Krieg, hatte de Väter de viele de der.

Traduction par le Blogger de guerre, révisé

[Mise à jour le 28 septembre 2011 : Le Blogger de guerre a produit une vidéo avec le texte suivant. Ainsi si vous préférez des vidéos, cliquez sur ici !]

On ne fait pas du tort la Bundeswehr retirée Gerd Principal-Général Schultze-Rhonhof, qui examine le leadup à la deuxième guerre mondiale si on le marque un révisionniste. Ceux, cependant, qui emploient le label pendant qu’une accusation devrait se rendre compte de la tradition idéologique elles se joignent ce faisant : Les « révisionnistes », ceux-ci étaient les personnes dans le SPD (à ce moment-là : Parti Socialiste de l’Allemagne) d’août Bebel et plus tard dans tous autres organismes marxistes qui ont cherché à mettre à jour (de re-videre latin : regardez à nouveau) et corrigez les enseignements de Marx et d’Engels. Dans les pays d’où les communistes sont venus à la puissance le stigmate le « révisionnisme » devait être évité comme la peste ne fût-ce que parce que par moments la simple accusation pourrait coûter au suspect sa tête.

Le progrès scientifique, cependant, dépend de la révision constante, à de nouvelles approches et à l’interrogation des perspectives familières et des paradigmes établis. Le mot « révisionniste », si utilisé comme reproche, élimine seulement ceux qui l’emploient, pas ceux on le cense que marquer. Pour ceux, ce peut bien être un titre honorifique.

Naturellement, non chaque révision, indépendamment du domaine scientifique, est utile juste parce qu’elle est un tels. Elle doit être compatible avec les données existantes ou le matériau de base et sa puissance explantory devraient au moins égaler le paradigme théorique établi. En préconisant l’idée que la deuxième guerre mondiale a eu « beaucoup de pères » Schultze-Rhonhof plaide contre une vue de l’histoire (une que les historiens professionnels dans leur commerce dépeignent de la manière beaucoup plus différenciée qu’elle est présentée dedans, par exemple, des livres d’école ou des magazines de nouvelles) qui peut être récapitulée comme suit :

Déjà l’empire allemand (avant 1914) a essayé d’obtenir la domination allemande au moins de l‘Europe et, si possible, du monde entier. Après la défaite dans la grande guerre, ce désir, soutenu par une idéologie darwiniste sociale, était le programme – dans des variantes modérées et radicales – de la droite allemande, le plus radicalement incarné à Hitler et à son parti nazi. Hitler du début a cherché à prolonger la zone d’influence de l’Allemagne par l’élimination successive des États voisins pour gagner la force pour lutter contre de grandes puissances, de désactiver la France et la Grande-Bretagne, de détruire l’Union Soviétique, gagnant de ce fait « Lebensraum » pour des Allemands et peut-être pour créer la base pour une guerre contre l’Amérique et pour pousser ainsi finalement en avant à la domination du monde.

L’élément fascinant de cette vue de l’histoire est – même avant qu’il vient aux sources et aux faits – sa structure narrative : il y a une division claire entre le le bien et le mal, et il y a une courbe de suspens : Le mal est accumulé jusqu’à ce qu’il devienne presque, mais seulement presque, maîtrisant, est alors mis dans son endroit par un petit village gallique – Royaume-Uni – et finalement détruit par un chevalier blanc intrépide, Amérique. Et il y a une morale de l’histoire.

Cette structure est doublement familière : d’une part, elle correspond à celle d’un conte de fées, de l’autre – avec le motif de la bataille finale entre le le bien et le mal – à celle de l’apocalypse. Naturellement, cela ne signifie pas que ce ne peut pas être vrai. Vous juste devez se rendre compte dans quelle mesure cette vue de l’histoire établie répond aux attentes de la littérature de qualité, et dans quelle mesure elle sert les besoins quasi-religieux.

Il y a de nombreuses années des piétons ont été leurrés dans un piège par [la version allemande de] « l’appareil-photo caché » par un passant, apparemment avec une carte à disposition qui a demandé des directions à la gare ferroviaire et a fait expliquer aux sujets d’expérience inconscients la manière sur sa « carte », qui était en fait un modèle professionnel de coupe pour l’habillement d’un magazine allemand de DIY. Résulter de dialogues étaient n’importe quoi de pareil :

« Ainsi, vous devez maintenant aller directement le long d’ici… »
« Au fil de `‘ ? »
« Ouais, et puis juste ici… »
` Vers le ` de poche de ` ? »
« Oui, oui. Et tour laissé. »
« ` Passant le trou de bouton de `‘ ? »
« Exactement… »

La bonne volonté d’accepter la définition offerte d’une situation (dans ce cas le modèle comme « carte „) comme « vrai » peut être si forte que des contradictions apparentes avec cette définition simplement ne soient pas perçues. Et ne croyez pas que cette bonne volonté est limitée aux sujets étonnés « de l’appareil-photo caché ».

Par exemple, parce que des années j’avais été convaincu que le le soi-disant Hossbach-Protocole du 5 novembre 1937 a contenu la déclaration d’Hitler de son intention de lancer une guerre globale, et en tant que tels prouvés de l’exactitude de la vue de l’histoire citée ci-dessus. Et j’avais lu le protocole plusieurs fois : il a contenu l’annonce d’Hitler pour attaquer la Tchécoslovaquie et l’Autriche, considérations dans quelles circonstances une telle attaque pourrait être exécuté et des évaluations de la façon dont les autres puissances se comporteraient. C’était assez sérieux un document pour la poursuite aux procès de Nuremberg, qui étaient en effet au sujet de la charge de prévoir « une guerre agressive ». C’était certainement une preuve importante, mais pas une preuve d’un programme-cadre pour la domination du monde. Bien que je devrais avoir su mieux, c’était seulement l’analyse de Schultze-Rhonhof qui m’a stimulé le lire plus soigneusement. C’est juste un exemple de la façon dont fort l’influence d’une interprétation apparent évidente peut être, et d’à quel point elle utile est parfois « d’examiner des questions à nouveau « .

Schultze-Rhonhof commence apparemment à partir de l’hypothèse qu’il n’y avait aucun programme-cadre, et que la politique étrangère d’Hitler a été basée, surtout, sur les considérations tactiques particulières du moment, et il caractérise les étapes de cette politique étrangère. Aucun doute cette hypothèse n’est soutenu par Hitler et le caractère erratique de ses politiques‘, par les fluctuations et les inversions souvent extrêmes, par son penchant pour l’improvisation et la nature généralement chaotique de la prise de décision dans l’état nazi.

Le point de vue opposé de l’interprétation prédominante de l’histoire, de celle d’Hitler ayant joint le dogmatisme strict de la théorie, de la stratégie et de la planification avec la pratique en matière d’opportunisme, la tactique et la conduite maximales contient des contraditions latents ; les deux parties de cette vue ne s’adaptent pas sans problème ensemble. Elle n’a pas besoin d’être erronée, mais je ne peux pas voir ce qui parle contre considérer l’alternative que Hitler pourrait avoir agi principalement sur la base des considérations tactiques. Peut-être à lui, elle était plus au sujet de son propre endroit dans l’histoire qu’au sujet de la réalisation des idées il avait fixé en « Mein Kampf » en 1924, et peut-être les pensées notées ont là plus le caractère d’un réservoir des idées dans lesquelles il pourrait plonger quand le besoin s’est fait sentir, mais qu’il pourrait également ignorer comme il a satisfait.

Remarquablement, dans un domaine de recherche adjacent, à savoir recherche d’holocauste, l’opposition féroce existe contre la théorie de « intentionalist » internalisée par les bandages larges du public, et elle fait ainsi au centre du champ, pas sur la périphérie. Particulièrement importante est l’interprétation de Hans Mommsen du processus de décision qui a par la suite eu comme conséquence l’holocauste, car un processus a appelé « la radicalisation cumulative ». Le régime nazi – ceci est la thèse en bref – s’était empêtré dans des contraintes que seuls de plus en plus le radical exigé s’approche pendant que le temps progressait, finalement finissant avec « la solution finale ». Je crois qu’il est approprié d’adopter l’idée d’une radicalisation progressive semblable pour la politique étrangère du régime, au moins comme hypothèse. Dans ce contexte, le darwinisme social d’Hitler joue le même rôle que l’antisémitisme fait dans les interprétations structuralistes de l’holocauste : c’est le rôle d’un cadre idéologique général sans lequel les derniers développements seraient en effet impensables, mais qui est en soi n’est pas à explanans appropriés.

Naturellement, Schultze-Rhonhof fait ces hypothèses plus implicitement plutôt qu’explicitement. Il n’a pas l’ambition pour créer une contre-proposition également complète pour s’opposer au récit historique établi ; les considérations théoriques sont en général moins de ses affaires. Il essaye de décrire la situation de la perspective de chaque acteur (Hitler, les puissances européennes, les généraux allemands, les personnes allemandes), et de comprendre leurs actions afin d’arriver à un tableau général. C’est la force et la faiblesse de son approche.

La faiblesse est évidente parce qu’une analyse situationnelle en tous cas n’atteint pas la cohérence de la vue de l’histoire établie. Fondamentalement, l’auteur le soin laisse à son lecteur pour décider dans quel cadre théorique il placerait ce qu’il a appris.

Ce que l’auteur réalise, cependant, est de présent l’ampleur de la connaissance, des expériences et des attentes des acteurs historiques au lecteur : Ceux qui ont grandi pendant l’ère d’après-guerre peuvent à peine imaginer l’importance existentielle que la question des minorites nationaux a eue. Dans le moment après que la grande guerre une pourrait perdre son travail, être expulsé, désavoué ou tué simplement pour être le membre d’une minorité nationale ; et puisque la droite à l’autodétermination des Allemands a été tenue particulièrement au bas égard par les alliés, et de grandes parties de territoires avec les populations principalement allemandes ont été remises aux nations étrangères, c’était des Allemands qui étaient très souvent les victimes de telles pratiques. En outre, peu de personnes sauront que l’idée de « Lebensraum » n’était à ce moment-là ni un concept spécifiquement nazi ni allemand. En fait, de telles idées étaient les bases de beaucoup de politiques coloniales. Les grandes puissances coloniales, naturellement n’ont pas dépleuré le manque « d’espace vital », parce que elles avaient résolu le problème pour elles-mêmes. Que dans les nations aimez l’Allemagne, mais également la Pologne (!) la vue était répandu qu’un problème urgent requis pour être résolu ait été le résultat de ce filet prédominant de pensée en Europe.

Naturellement, les concepts de « Lebensraum » ont rencontré les terres fertiles en Allemagne où le blocus britannique de faim même après l’armistice de 1918 avait eu comme conséquence la mort de jusqu’à million de civils et ont ainsi donné la crédibilité à la thèse « d’un peuple sans (assez) espace » (particulièrement les ressources industrielles et l’espace agricole) qui autrement n’aurait jamais atteint une telle popularité. C’est également des essais du livre d’un Schultze-Rhonhof de point pour rappeler le lecteur. Sa description des alliés à Versailles et les injustices commises ensuite n’a pas la fonction de la portion comme ensemble- bon marché, mais sert à illustrer le fond contre lequel des politiques ont été considérées et menées à l’époque à ces nés des générations postérieures.

L’amour de l’auteur du détail mène aux de nombreux les analyses qui donnent matière à réflexion. Par exemple, beaucoup qui traitent des sujets liés à WW2 connaissent la phrase attribuée à Hitler dans lequel il énonce :

« Ma seulement crainte est qu’un certain porc soumet une proposition pour la médiation au dernier moment ! » [« L’angoisse existentielle de nur de habe d’Ich, la MIR im de dass letzten l’irgendein Schweinehund de moment pour einen le vorlegt de Vermittlungsvorschlag. « ]

La déclaration est du discours d’Hitler devant le haut commandement allemand le 22 août 1939, et dans son intensité elle est faite sur mesure pour être popularisée et complète le tableau de la situation d’un dictateur qui a constamment encouragé la guerre.
Elle m’avait toujours étonné que Hitler devrait s’être servi d’un langage si vulgaire devant le haut commandement voûte-conservateur sans causer la consternation, et je l’avais écrite de comme un sous-produit de l’influence préjudiciable du Nazi-Régime menant à une baisse même des façons des plus hauts dirigeants prussiens. Schultze-Rhonhof cependant fait un point de droit plausible pour la théorie qui était non seulement cette phrase non jamais poussée en tant que tel (pas même dans l’esprit de la déclaration), mais qui la version du protocole du discours en question est une contrefaçon qui a été coulée à la poursuite aux procès de Nuremberg pour rendre les généraux allemands collectivement responsables de la manifestation de la guerre.

En ce qui concerne la réception du livre la férocité est étonnante avec ce que la thèse de noyau – que la deuxième guerre mondiale a eu « beaucoup de pères » – est contestée : moins ainsi par le métier des historiens qui, comme prévu, ont ignoré le travail d’un étranger (Schultze-Rhonhof n’est pas un historien), mais spécifiquement par des critiques des FAZ et des journaux de « trépointe » qui emploient l’occasion de donner de nouveau la nourriture au soupçon qu’ils servent le système de médias de la même manière que le service de CDU/CSU le régime politique : en tant que simples substituts du conservatisme. Intéressant, la question si ce qui est les états d’auteur la vérité est sans importance pour les deux critiques. Un plus prioritaire semble être placé sur maintenir un certain genre de récit historique officiel pour des raisons d’éducation nationale [Volkspädagogik], et que ce soit par diffamer l’auteur en tant que personne et le pousser – quoi d’autre ? – dans le bon coin [en allemand, les moyens de métaphore de bon coin vous êtes marqué un néonazi].

Ironiquement, l’argument que la deuxième guerre mondiale a eu beaucoup de pères est loin d’être une « légende », comme le critique de FAZ revendique :

Il n’y a aucun conflit sérieux parmi des historiens que le Traité de Versailles était une mauvaise conception qui a fait des efforts allemands de vengeance plus vraisemblablement ; la cette Pologne était une puissance agressive qui a manipulé ses nombreuses minorités ethniques incroyablement brutales ; que la Tchécoslovaquie protratced ses questions de minorité aux années 1930 et faites pour devenir un point sensible de la première classe ; que la Pologne risquerait plutôt une guerre avec l’Allemagne que font toutes les concessions dans les questions de Danzig et de couloir, et ceci malgré le fait que les exigences allemandes tout à fait modérées de 1938 en retard et tôt 1939 n’ont contenu aucune réclamation territoriale contre la Pologne et ont été apportées en avant pas avec des menaces finales mais après des années de coopération d’Allemand-Poli dans un style car il est usuel entre les pays amicaux.
Et la thèse que la Grande-Bretagne et sa garantie vers la Pologne et la France avec ses promesses en l’air d’appui de militaires ont renforcé l’obstination de la Pologne, et peut-être intentionnellement ainsi, est au moins digne de la discussion. Beaucoup de pères, en effet.

« Mais, une minute, » l’objection typique, « les actions des autres puissances européennes après la puissance de la hausse d’Hitler attendent-elles va-t-elles ne sont-elles pas ojectively sans signification puisque l’Allemagne allait commencer une guerre pour « Lebensraum » en tous cas, comme écrit en « Mein Kampf » ?

Non, pas en ce qui concerne la Pologne. La Pologne pourrait avoir pris des dispositions avec l’Allemagne même sans joindre l’Anti-Comintern pacte ; Schultze-Rhonhof va à une certaine longueur clarifier ce point, et je sais sans historiens qui se sont opposés à une telle vue. La question de si la conséquence d’une telle compréhension aurait été une grande guerre (contre la France, la Russie ou celui qui), ne peut pas en toute honnêteté être répondue. La facilité, être basé cependant, avec laquelle elle est affirmée par le récit historique établi peut cependant être moins le résultat des preuves irréfutables de source mais plutôt sur l’interprétation offerte par le récit grand de la hausse et la chute du diable intelligent Hitler, qui déjà a connu en 1923 ce qu’il ferait en 1943. La simple existence d’une histoire si « complète » semble comme un lit prêt à l’emploi dans lesquels simplement doit sauter pour se reposer avec des rêves doux.

Si ce récit constitue une bonne carte ou est simplement égal à un autre faux modèle de fil, c’est pour everbody lui-même à décider. Schultze-Rhonhof également ne répond pas à cette question à la fin. Il secoue la plausibilité de l’interprétation actuelle de l’histoire dans quelques détails en mettant les facteurs situationnels et tactiques dans la politique étrangère allemande dans le projecteur, mais il n’offre aucune interprétation d’une façon convaincante de ses propres moyens. La force du livre de mener avec éclat le lecteur au monde étrange de la période d’entre-deux guerres est payée pour par un certain court-sightedness de l’interprétation générale du livre. Le désir de l’auteur de corriger une perspective trop unilatérale le plus susceptible de l’histoire produit consécutivement une vue avec des taches aveugles de ses propres moyens.

Néanmoins : Le travail offre une quantité de détails importants qui sont connus aux experts mais pas au grand public, et qui vous ne trouverez pas très probablement ailleurs dans une telles densité et clarté. Par conséquent, il vaut de lire et contemplation provoque lecteurs‘ et d’autres questions. Pas plus, aucun moins.

Diesen Beitrag weiterlesen »

U.S. Stratégie pour l’Europe : Rééducation

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduction automatique. Aucune responsabilité pour des erreurs de traduction.]
Comments in English, please. View original article

D’abord édité comme « meurent nous-Strategie : Umerziehung Europas » dans « Korrektheiten » le 11 février 2011, par Manfred Kleine Hartlage

Traduction et introduction : Kairos

Les juifs constituent une menace déterminée pour les nations et les peuples de l’ouest. Je ne suis pas extrême ou antisémite, quand je dis ainsi.

Tout en traduisant cet article j’ai suivi la discussion au sujet de la réponse de Manfred Kleine-Hartlage’s à Lawrence Auster sur le Korrektheiten, portes de Vienne et vue d‘Austers de la droite.

Il est intéressant de voir comment on indique des vues des personnes allemandes qui seraient automatiquement considérées comme le « racisme » et la « haine » si proposé l’autre manière autour. Un commentateur a signalé le proverbe latin « bovi de licet d’Iovi de licet de quod non » (quel Jupiter peut faire est interdit au boeuf).

Quand un Allemand appellerait les personnes américaines (ou le turc – ou même le juif) – les personnes entières – une « menace pour les nations et les peuples de l’ouest » il serait « intolérable » et ainsi de suite – est ma première phrase de provocation au juste ce qu’Auster a dit au sujet des Allemands. J’ai juste changé des « Allemands » en « juifs » et « anti-Allemand » dans « antisémite. »

Quelques commentateurs ont nié l’influence américaine en Europe et même dans le monde arabe.

Grâce à Wikileaks nous sommes entrés une analyse dans la politique étrangère américaine, et Manfred a analysé ce document. En ce texte on peut trouver la preuve des objectifs du soi-disant MAINTENANT (nouvel ordre mondial) que n’est pas une théorie de conspiration. Comme Manfred a écrit sur des portes de Vienne :

Je pense que spéculant au sujet d’une « conspiration » est stérile. Je devine qu’il y a des conspirations, mais la majeure partie du travail est faite ouvertement. Les « réseaux » que je me réfère sont bien connus : CFR, pont atlantique, Bilderberg, Conseil américain sur l’Allemagne et ainsi de suite, et beaucoup d’établissements relatifs qui ne cachent pas du tout ce qu’ils visent : Vous avez juste pour traduire leurs expressions idéologiques en anglais bon pour voir ce qu’elles veulent. La coordination dans ce réseau ne fonctionnerait pas s’il n’y avait pas un consensus de base idéologique.

Je pense que beaucoup de lecteurs américains ou britanniques rejetteront l’idée que les acteurs globalistic derrière le NOW sont les plus mauvais ennemis à toutes les nations, parce qu’ils n’aiment pas l’idée que leurs élites sont des criminels. Bien, je n’aime pas la connaissance au sujet de la façon dont le criminel le coffret du chancelier Merkel est, l’un ou l’autre, parce qu’il est très embarrassant. Mais je déteste bien plus si on fait un imbécile de moi comme le font nos politiciens.

Et personne – en particulier pas Manfred Kleine Hartlage, l’auteur de « DAS Dschihadystem » (le système de Jihad) – n’indique que l‘Islam était n’importe quel bon à nous. Mais pensez à ce que cette « religion » ressemblerait, si nous n’avions jamais ouvert nos frontières pour la masse-immigration des musulmans. Pourquoi devrions-nous nous inquiétons-nous même ce que ils font dans leur désert ? Pourquoi devons-nous fixer notre trafic aérien d’une manière presque maniaque ? Pourrait-il y avoir terreur islamique dans les villes américaines et européennes, s’il n’y avait aucun musulman qui pourrait effectuer de tels attacs terroristes ?

Ainsi, quand vous lisez cette analyse, maintenez dans l’esprit que ce n’est pas les personnes américaines qui sont critiquées, mais dans le gouvernement américain et plusieurs O.N.G.s. Un ordre du jour, une idéologie qui détruiront toute la culture occidentale, si nous ne l’arrêtons pas – et la détruiraient même s’il n’y avait aucun Islam du tout !

Kairos-

En tant qu’auteur, je souscris ce que Kairos dit. Je vais bien conscient du fait que la plupart des Américains ni ne sachent ni sont d’accord avec ce qui est décrit ci-dessous stratégie en tant que leurs chefs‘ pour l’Europe, et que cette stratégie est nullement dans leur intérêt. Ainsi quand je me réfère à la « Amérique » en ce texte, ceci signifie les élites d’acte.

– Manfred Kleine-Hartlage –

Wikileaks indique une stratégie des USA pour la France

Il semble toujours y avoir les gens qui considèrent Wikileaks une entreprise surestimée de laquelle les publications trop d’agitation est faite. De telles personnes ne pourraient pas expliquer jusqu’à présent pourquoi le gouvernement américain persécute Wikileaks et son fondateur avec une telle haine ardante. Maintenant, au plus tard, cependant, tout le monde devrait savoir mieux : La publication d’un papier de stratégie de l’ambassade des USA à Paris, y compris l’aucun moins qu’un programme américain pour une inversion idéologique et culturelle de poteau et forcer dans la ligne de la France. Ceci accentue les méthodes avec lesquelles les pays entiers soumis des Etats-Unis – contre la volonté de leurs personnes et derrière le dos du public – à son intérêt idéologique et puissance-politique.

Il a été chuchoté seulement dans les créneaux des Maintenant-théoriciens et a été écarté jusqu’à présent par l’opinion éditée – à condition que il la notait à entièrement comme « théorie de conspiration ». Maintenant que nous avons une analyse directe dans la cuisine de propagande des Américains, nous devrions saisir l’occasion d’évaluer la connaissance que nous avons gagnée :

Le papier est plus instructif car il vient d’un bureau subalterne, à savoir d’une ambassade, qui d’habitude n’élabore pas les ébauches politiques, mais les met en application ; et juste parce que l’auteur évidemment ne le trouve pas nécessaire d’expliquer la légitimité des objectifs et des méthodes décrits dans elle vers ses supérieurs, il est évident qu’il assume déjà leur consensus. Nous pouvons supposer que la stratégie développée en ce document est représentative pour la politique étrangère des États-Unis, et que les Etats-Unis poursuivent des stratégies comparables également dans d’autres pays.

Dans ce contexte il est intéressant, par exemple, que le papier déplore :

Les médias français demeure primordialement blanc, avec seulement des augmentations modestes de représentation de minorité sur l’appareil-photo pour des actualités télévisées importantes.

En Allemagne cette gêne resp. son retrait était avec précision un objet du « pacte d’intégration » [entre les chefs de gouvernement fédéral et de musulmans]. Quelle coïncidence !

Intéressant, cependant, est le caractère implicite avec lequel les Français indigènes sont caractérisés par le fait qu’ils sont « blanc. » Pour les Américains qu’il est apparemment tout à fait naturel considérez ceci une question raciale – tandis que les adversaires de cette politique, dès qu’ils l’énonceront, seraient promptement accusés du « racisme ».

Le papier prouve que la politique étrangère américaine est conçue pour influencer non seulement la politique actuelle de ses alliés, mais également la composition de leurs élites, avec la considération particulière sur de futures élites. Ces futures élites françaises doivent être recruté et endoctriné d’une manière que leur idéologie est compatible avec celle des élites américaines. Si elle est compatible avec celle des personnes françaises, en outre, est médiocre ; nous lui obtiendrons. Ceci a peu à faire avec les méthodes habituelles d’influence diplomatique. Plutôt il est comparable à la tentative de ne pas influencer une personne en lui parlant, mais en manoeuvrant son cerveau.

Juste le fait que ceci peut être essayé, à savoir sans signe de mauvaise conscience ou même conscience d’un problème, prouve que l’idée de la souveraineté nationale ne joue aucun rôle dans la pensée aux élites politiques américaines. Ce qui était toujours valide pour beaucoup-cité la « arrière-cour » de l’Amérique, pour l’Amérique latine, est maintenant également valide pour les états de l‘Europe.

Si nous examinons ce texte maintenant en ce qui concerne des objectifs, l’idéologie, et des méthodes de l’influence américaine, nous gagnons au moins une réponse partielle à la question, pourquoi les peuple de l‘Europe Sont évidemment sous le charme d’une idéologie suicidaire, et pourquoi cette idéologie est affirmé plus plus est plus déterminé nous venons aux centres de la puissance sociale étroitement. Ce n’est pas simplement une coïncidence, mais le résultat de l’influence stratégique, que juste les élites, dont le travail est traditionnellement la conservation et le développement d’une communauté, font exactement l’opposé.

Objectifs de la stratégie des États-Unis en France

Le but de cette stratégie est, généralement l’exécution des « objectifs d’Américain et des valeurs ». Ce qui retentit si insignifiant qu’on voudrait le donner sur, contient réellement des implications politiques explosives. Une telle expression est loin d’être évidente en soi : Beaucoup d’Américains ne peuvent pas se rendre compte de elle, mais la connexion « objectifs et valeurs » de mot est une spécialité américaine. Dans la politique étrangère pensez – les réservoirs d’autres pays un peuvent également parler des valeurs, aussi bien qu’au sujet des objectifs ou des intérêts. Mais pour emballer chacun des deux dans une formule, est typique non seulement pour ce document, mais en général pour la langue politique de l’Amérique, et seulement de l‘Amérique. Les Européens continentaux avec leur approche plutôt cynique à la politique tendent à considérer cet accent sur des valeurs juste un ornement rhétorique par lequel des intérêts puissance-politiques et économiques sont décorativement déguisés. (La plupart des Européens ont été instruits dans une tradition catholique ou luthérienne, et la connexion typique puritaine de la foi et les affaires – ou les « objectifs et les valeurs », les valeurs et les intérêts – est étrange à nous.) Les auto-preuves, cependant, avec lesquelles l’utilisation d’Américains cette formule n’est pas de la sorte qui exprime une expression banale, mais reflètent une idéologie profondément internalisée.

Jusque la langue politique des pays européens se rapporte à des « valeurs », ceci se produit en grande partie en liaison avec une concrétion – valeurs démocratiques, valeurs etc. de libéral. Mais il serait extrêmement étrange si Foreign Office allemand parlait « des valeurs allemandes » et déclarait les écarter le but de sa politique. C’est, encore, une caractéristique américaine spécifique. Celui qui les valeurs mentionnées puissent être – et nous poursuivrons à ce qui sont ceux-ci : Elles sont des valeurs américaines expressivement avouées, qui implique : Une chose elles ne sont certainement pas : Valeurs françaises.

Pour aliéner une nation étrangère de elle-même, ses valeurs et traditions, semble être un but légitime de la politique étrangère américaine. Bien que l’article définisse le but en tant que conduite de retour des Français à leurs propres valeurs (ou plutôt à que ce que l’administration des États-Unis considère comme tels), le fait même que des efforts de l’étranger sont considérés nécessaires indique que nous parlons de la rééducation.

La devise est : Si ce qui s’appelle « les valeurs américaines » n’est pas universellement accepté en réalité, changez la réalité ! Si la propagation « des valeurs américaines » sert à favoriser des intérêts américains, ou si vice versa les politiques de la force armée américaines servent la propagation de ces valeurs, est aussi stérile que la question si la poule ou l’oeuf est venue d’abord – de la même manière il était impossible de déterminer pour l’Union Soviétique la relation de l’idéologie et de la politique de la force armée en traitant celui en fonction de l’autre. C’est environ deux composants de la même approche politicial qui se soutiennent. Exactement ceci, internalisé comme fait évident en soi, est impliqué dans l’expression « valeurs et intérêts américains ».

L’idéologie derrière la stratégie des États-Unis

La position américaine traditionnelle de la démocratie est qu’il devrait y avoir des gouvernements

dérivant leurs puissances justes du consentement du régi.

La démocratie signifie que les personnes déterminent par qui il est régi. Cependant, la stratégie des États-Unis est basée tout à fait sur une idéologie différente, comme devient évident en papier de Rivkins : La démocratie est si toutes les minorités ethniques et religieuses sont représentées dans les élites d’acte.

Pas le fait que les élites françaises selfrecruiting exceptionnellement à un niveau élevé est le problème du point de vue américain, au moins pas en soi. Pour ceci il y a des raisons défendables : Si on peut le critiquer ou justifier, en tous les pays occidentaux « démocratie » consiste réellement fondamentalement en occasion de décider lesquels de deux groupes d’élite ordonneront. Elle est la plus remarquable ce que l’ambassade des USA réellement critique :

Il n’est aucun problème que l’accès à la politique active traditionnellement est refusé à la grande majorité du Français. Mais c‘est un problème que des minorités sont exclues, l’un ou l’autre. Implicitement, l’idée d’un peuple, se composant des personnes libres avec les mêmes droites, est abandonnée en faveur de l’idée de la « nation » comme disposition entre les ethnies ; s’il n’y a pas une personnes, mais plusieurs de elles dans le même état, alors elles tout doivent être représentées. Cependant, de cette façon l’idée de la démocratie dans le sens classique du mot est également abandonnée. L’hypocrisie de l’expression pour aider les Français à réaliser « les propres idéaux égalitaires de la France » ou « de réaliser ses valeurs démocratiques respectées plus complètement », s’avère ici. Elle est plutôt au sujet de la réinterprétation des concepts comme le « egalitarian » et « démocratique » à quelque chose qui ne tiendrait aucune occasion d’être consensus même aux Etats-Unis – le moindre en France ; sans mentionner cette réinterprétation avec juste une syllabe. Rééducation.

On suppose que la France ne va pas devenir un creuset de la sorte les Etats-Unis – partiellement à tort – réclamation à être, mais que particulièrement les musulmans, mais également les noirs, réserveront toujours leur fidélité à l’avenir pour leur propre groupe ethnique ou religieux. L’accès à l’élite, selon le papier, ne devrait pas dépendre ainsi de surmonter ces attitude et identification avec les personnes françaises, mais est propagé comme droite dérivée de la « démocratie ».

De cette façon, une société splitted dans les pièces est élevée à un idéal utopique et à ceci juste avec la réclamation pour empêcher que la France « sera un pays plus divisé ». Jargon bureaucratique.

Ici, la fusion de l’idéologique avec le composant puissance-politique de cette stratégie apparaît comme dans un manuel :

… les injustices indéniables ternissent l’image globale de la France et diminuent son influence à l’étranger. Dans notre vue, un manque soutenu d’augmenter l’occasion et de fournir la représentation politique véritable pour ses populations de minorité a pu rendre la France un pays plus faible et plus divisé. Les conséquences géopolitiques de la faiblesse et de la division de la France compromettront des intérêts d’États-Unis, comme nous avons besoin d’associés forts au coeur de l‘Europe pour nous aider à favoriser des valeurs démocratiques. D’ailleurs, l’exclusion sociale a des conséquences domestiques pour la France, y compris l’aliénation de quelques segments de la population, qui peut consécutivement compromettre nos propres efforts de combattre les réseaux globaux des extrémistes violents. Une prospérité, régime politique français inclus aidera l’avance nos intérêts dans démocratie l’expansion et stabilité croissante dans le monde entier.

Les personnes françaises doivent cesser de poursuivre ses propres intérêts parce que les personnes du tiers monde s’attendent – comme récompense pour l’acceptation « des valeurs américaines » (et des bases militaires) – à la droite de joindre sans davantage d’agitation chaque personnes européennes d’état sans devoir assimiler même culturelement. Quelle est l’existence des personnes françaises, que ses droites, que ses intérêts, comparés à la vue élevante, « pour écarter la démocratie et la stabilité dans le monde entier » ?

On voit ici comment le trop simplifiant serait de comprendre cette politique seulement comme « impérialiste » dans le sens plus étroit, qui impliquerait que « l’ouest », ou même les Etats-Unis, veulent ordonner le reste du monde ; il est autant une question de fondre les peuples européens (et l’Amérique blanche) avec ce monde et d’établir un ordre qui permet cette fusion. Il est, bien, au sujet d’un nouvel ordre mondial (NWO).

J’ai mentionné ci-dessus ce qui dans le cadre de cet ordre doit être compris par démocratie. La stabilité signifie qu’il ne devrait y avoir plus de personnes qui pourraient car une unité, capable de l’action, éluder cet ordre, sans parler même de la question il. Car il n’est pas possible d’exterminer la nécessité humaine d’unir aux groupes, on décale la formation des groupes au niveau sous-national, transforme la société civile en société des tribus et immobilise ces tribus en réalisant à leurs chefs le bénéfice par les lieux de plaisir du système. Avec cela a dit que nous venons aux méthodes :

 

Les méthodes de changement ethnique de la France ou : Comment faire une nation commettre le suicide

La tactique 1 : Engagez dans le discours positif

D’abord, nous concentrerons notre discours sur la question de l’égalité des chances.

Les mêmes tour avec lequel des idéologies de gauche toujours sont mises. Aussi bien que l’égalitarisme de genre (intégration de genre), le hermaphroditisation systématique (décollement. « Verzwitterung „) de la société est accroché au sujet « de l’égalité des droits » avec ce qu’il doit ne faire rien en réalité, une stratégie de la rééducation, infiltration et la désintégration nationale attache jusqu’à la réalisation d’une utopie sociale avec le sujet « des égalités des chances ».

Quand nous donnons des annonces publiques au sujet de la communauté des démocraties, nous soulignerons, parmi les qualités de la démocratie, du droit d’être différents, de la protection des droits de minorité, de la valeur de l’égalité des chances, et de l’importance de la représentation politique véritable.

La propagande aux termes de reinterpretate, voient en haut.

Lors des réunions privées, nous dirigerons délibérément des questions au sujet d’égalité des chances en France vers de haut niveau, chefs de Français de non-minorité. Plutôt que retraitant des discussions impliquant deux vaches sacrées en France

La pression massive derrière des portes closes de sorte que personne n’ait l’idée de demander où plusieurs changements, celui semblent s’être produits tout seuls, viennent de.

… nous continuerons et intensifierons notre travail avec les musées et les éducateurs français pour reformer le programme d’études d’histoire enseigné dans les écoles françaises, de sorte qu’il prenne en considération le rôle et les perspectives des minorités dans l’histoire française.

Il est au sujet des concepts de manipulation de l’histoire. Comme j’ai écrit il y a un an, ceci appartient au noyau de l’ordre du jour de NOW, « parce que le mondialisme est l’idéologie de l’acte, et, notamment, ceci signifie qu’il ne peut y avoir aucun concept divergent de l’histoire ! Non seulement les faits historiques doivent être incontestables, non, aussi l’interprétation de ces faits et la perspective lesquels les regarde doit être identique – dont, cependant, ne sera pas le cas tant que les nations elles-mêmes sont des maîtres de leur histoire et de son interprétation. Pour chacun d’eux posséder le concept de l’histoire forme son identité. L’histoire est pour la chose à peu près identique de nations de même que mémoire pour la personne :  la condition pour de compréhension en tant qu’individuel, demeurant identique à se de la naissance à la mort.

Un peuple qui abandonne son souverignity d’interpréter sa propre histoire cessera tôt ou tard d’exister. Et, comme j’ai démontré ailleurs, est exactement ce ce que le NOW exige. »

À la fin de ce processus il y aura, vraisemblablement, les livres d’histoire comme ils existent déjà en Amérique, livres comme celui-ci :

 

 

 

 

 

 

 

 

Diesen Beitrag weiterlesen »