Archive
Categories

Artikel-Schlagworte: „La Libye“

La Libye : Action contre Sarkozy pour des « crimes contre l’humanité » sur le chemin

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduction automatique. Aucune responsabilité pour des erreurs de traduction.]
Comments in English, please. View original article

par Friederike Beck

Titre original Libyen : Le gegen de Verbrechen de „de wegen de Sarkozy de gegen de Klage meurent DEM Weg de forces d’appoint de Menschlichkeit « , édité le 26 septembre 2011, sur Friederikes Becklog

Traduction par Google, révisé par MKH

[Friederike Beck est parmi les journalistes les plus doués de l’Allemagne. Son Guttenberg-Dossier du livre DAS (le dossier de Guttenberg), traitant les réseaux transatlantiques de l’influence, a été publié plus au début de l’année ce. Elle est une chroniqueuse régulière de la magazine de goût de l’époque, d’une magazine critique pour des hérétiques et des libres penseurs, contestant des vues établies de courant principal.]

Loin du projecteur allemand trois de médias des avocats les plus respectés en France préparent une plainte pour des crimes contre l’humanité avant les tribunaux français. Ils représenteront les intérêts des victimes du bombardement actuel de l‘OTAN en Libye. Défendeur : Nicolas Sarkozy.

Les avocats ne sont personne ministre des affaires étrangères français moins qu’ancien Roland Dumas, le Marcel extrêmement éloquent Ceccaldi, et le Michel célèbre et notoire Vergès.

Les doumas veut bien également défendre Muammar Gaddafi devant la Cour pénale internationale à la Haye, qui a publié un mandat d’arrêt international contre le dictateur. Il a dit : « S’ils le trouvent, ils le tueront comme Ben Laden. Quelques états usurpent maintenant la droite de tuer – contre chaque droit international.  »

La mandataire Vergès, né au Vietnam et le fils d’une femme vietnamienne et d’un Français rappelle l’application d’Agent Orange par des troupes des États-Unis pendant la guerre de Vietnam et le fait que l‘OTAN a employé pour des ogives de mois même contenant l’uranium épuisé – une comparaison s’inquiétante !

Les doumas de 88 ans (ministre des affaires étrangères sous Mitterand) étaient ainsi que Vergès en mai à Tripoli. Elles ont établi le contact avec les victimes et les survivants des attaques de l‘OTAN, dont 30 ont fourni un mandat aux avocats.

Le Ceccaldi caustique a signalé que le bombardement avait frappé la puissance, l’eau et d’autres équipements d’approvisionnement et précise : « Après cinq mois de bombardement quotidien par l‘OTAN et milliers de personnes mortes cessera de soutenir le régime – simplement parce qu’ils ne tiennent pas la situation plus longue.  »

Ceccaldi soumet un autre aspect intéressant : Le leadershave occidental a perdu leur fil en raison du premier défi sérieux se rapportant à la Libye. « S’ils arrêtent les procès qui sont apportés à la cour, ce sera des preuves une fois pour toutes que la justice occidentale n’est pas ordonnée par loi, mais par les politiciens -.  »

L’ICC à la Haye apprécie peu de prestige en dehors de l’Europe, puisqu’elle a jusqu’ici eu affaire seulement avec des Africains. La La blanche d’à de contrevenants Tony Blair, George Bush, Dick Cheney et Donald Rumsfield ne sont là pas une question.

Le ministre ex-étranger français a énoncé également qu’il « a été étonné que cette mission (l‘OTAN), qui avait été commencée pour protéger des civils, est sur le point de les tuer. » Elle a été décrite comme « agression brutale contre un pays souverain ».
Michel Vergès également n’a pas épargné la critique, appelle les pays de l’alliance atlantique » meurtriers ». « L’état français », selon lui, « est couru par des voyous et des tueurs. Nous démolirons le mur du silence « .

***
Les élites dans la Sarkozy-terre, un des auteurs principaux dans la guerre de l’agression contre la Libye, se tiennent évidemment pas complètement unies derrière leur premier ministre. La guerre en Libye s’appelle même sans soin « le contre Kadhafi de Sarkozy BHL de guerre de La ».

BHL (= prélèvement de Bernard Henry), millionnaire, philosophe et activiste politique, ont eu les premiers entretiens avec les « chefs des rebelles » comme genre de ministre des affaires étrangères de remplacement dans une mission spéciale à Benghazi – à quel nom quelque. Il a conseillé Sarkozy pour identifier officiellement le conseil rebelle, qu’on dit qu’il a fait sur 03/10/2011 – sans ministre des affaires étrangères français réel Juppé étant au courant – ce dernier se sent rebroué.

***
Le bombardement d’un pays sans n’importe quel défense aérien significatif est lâche et répugnant. La classe politique de l’Allemagne qui a extorqué Westerwelle une déclaration de respect et une fidélité humble à l‘OTAN en raison de son bombardement réussi de la Libye a maintenant apparemment fait sa paix avec les « solutions » militaires.

Diesen Beitrag weiterlesen »

L’ICC est-il autorisé pour arrêter Gaddafi ?

[Machine translation. No liability for translation errors. Traduction automatique. Aucune responsabilité pour des erreurs de traduction.]
Comments in English, please. View original article

[Cet article a été édité le 29 juillet 2011 (quand Gaddafi était toujours dans la puissance) dans Korrektheiten : Der Internationale Strafgerichtshof (IStGH) Gaddafi le « de Darf verhaften ?  », Auteur et traducteur : Manfred Kleine-Hartlage]

Est-ce que personne ne s’interroge vraiment sur le fait que la Cour pénale internationale a publié un mandat d’arrêt contre Al-Qaddafi de Muammar ? Est-ce qu’on lui permet réellement de faire ainsi ?

Cette cour a été établie par les signataires du statut de Rome pour poursuivre certains crimes (génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre, agression) pour punir les pays dont posséder les ordres judiciaires ne soyez pas disposé ou non capable poursuivre tels agit ; ainsi, classiquement, pour la poursuite des crimes de gouvernement et des crimes des réunions intimes dans des « États défaillants » sans le système fonctionnant de justice.

Le public a été dit que la cour sera en activité seulement pour des crimes sur les territoires des Etats signataires, et certainement n’importe quel état est libre pour joindre un tel accord et pour donner à ses dispositions la force de loi domestique. Également évident est qu’aucun état n’a le droit de soumettre unilatéralement un autre État souverain à sa juridiction ou d’autoriser les tiers pour faire ainsi. Et ce qui est interdit à un état est également interdit à beaucoup.

Ici, cependant, il y a la première singularité : La Libye, dont le président est sur le point d’être arrêté en raison des actes il a commis sur le territoire de son propre état, n’a pas accédé au statut de Rome. L’activité de la Cour pénale internationale dans le cas de Gaddafi est basée sur une instruction du Conseil de sécurité des Nations Unies. En fait, les Etats membres ont décidé que l‘ICC sera également responsable des états non-signataires, si requis par le Conseil de sécurité des Nations Unies dans le cas particulier.

Avec le statut de Rome, les signataires accordés ainsi aux puissances du Conseil de sécurité des Nations Unies qu’ils n’ont pas eux-mêmes, et ont eu ceci est une violation flagrante d’un principe juridique fondamental : « Nemo plus le transferre potest de habet d’ipse de quam d’iuris ».

D’ailleurs, on dit que Gaddafi commet des crimes contre l’humanité en termes de statut de Rome. Ce terme entoure une gamme des actions, telles que le massacre obstiné, torture, emprisonnement et semblable. Deux choses strinking :

D’abord, ce de tels crimes sont commis par beaucoup, probablement la majorité des gouvernements du monde, en particulier pratiquement toutes les dictatures sans devoir nécessairement faire face à des accusations criminelles contre le chef de gouvernement. Le principe constitutionnel que tous les crimes connus doivent être poursuivis, n’est pas appliqué, pas même postulé. Cependant, ce principe est invalide par hasard, mais sert à empêcher la loi étant abusée politiquement, et étant arbitrairement employée contre les personnes impopulaires. Une loi qui est appliquée à la discrétion des gouvernements parfois et parfois pas, n’en est aucune.

Cependant, c’est exactement ce qui se produit ici : Le statut de Rome en liaison avec l’autorisation illégale du Conseil de sécurité des Nations Unies accroche une épée de Damocles au-dessus de tous les gouvernements du monde, au moins l’authoritarian, mais juste ne mène pas (et n’est pas prévu pour mener) un monde plus démocratique, mais plutôt autorise le Conseil de sécurité des Nations Unies pour arrêter les chefs de gouvernement fâcheux. Le Conseil de sécurité – ce sont essentiellement ses cinq membres constants dont les Etats-Unis, la Russie et la Chine font ne pas avoir ratifié le signedor l’accord, et qui peuvent se libérer par veto de la poursuite par la cour pénale internationale.

En second lieu, ce Gaddafi a commis ses actes, homicide délibéré de Fe, dans le cadre et afin de réprimer une rébellion, c.-à-d. pour imposer le monopole d’état. Ce monopole, cependant, appartient au statehood d’essence en soi, et cela il doit être imposé s’il y a lieu par la force, est presque une tautologie.

Le mandat d’arrêt contre Gaddafi signifie que pas plus et aucun moins que cette application du monopole d’état n’a été déclaré un crime. La conséquence est que les états sont souverains seulement dans la mesure où elle fait appel aux cinq membres du Conseil permanents de sécurité, et que la souveraineté de n’importe quel autre état est suspendue. Suspendu mais pas en faveur d’un système judiciaire global, mais en faveur d’une tyrannie globale.

Diesen Beitrag weiterlesen »